Il y a 100 ans : construction de la Gare de Michelbach le Bas

Michelbach-le-Bas : construction de la ligne de chemin de fer (notes de Germain Goepfert écrites vers 1930, « souvenirs de jeunesse »)

1910-1911

Dans les années 1910-1911 a été décidée la construction d’une voie de chemin de fer entre Saint-Louis et Waldighofen et ont commencé les travaux d’arpentage. Les tractations pour acquérir les terrains en question ont traîné en longueur parce qu’il existe toujours des gens qui ont peu de considération pour l’intérêt général. Mais tout a pu être réglé avec plus ou moins de pressions ; les prix relativement intéressants qui ont été versés pour les terrains cédés y ont considérablement
contribué.

Gare de Michelbach-le-Bas 1910

1913

La construction de la nouvelle voie ferrée a bientôt commencé ; c’est sur notre champ au bord de la route de Blotzheim qu’ils ont creusé le puits pour la gare. Il est très profond. De gros travaux de terrassement sont à effectuer car la ligne passe à travers une région de collines. C’est la raison pour laquelle on a fait venir ici des terrassiers italiens en grand nombre ; on a installé pour eux une cantine le long de la route de Blotzheim ; elle était tenue par un aubergiste du Pays de Bade. C’est un endroit où il y a beaucoup de bruit, jusque tard dans la nuit ; les disputes et rixes n’y sont pas rares, surtout les samedis et les dimanches.

1914

Jusque vers le milieu de l’année, la construction de la gare avance à grands pas. La sortie du village vers Blotzheim en est toute transformée. La vieille maison de Louis Simon, appelé « s’Mäis Lüwi » doit disparaître pour laisser la place aux moyens de transports des temps nouveaux. Le « Lüwi » est un original qui ne sortira de sa maison que lorsque le premier des peupliers qui entouraient sa maison tombera sur son toit ! La construction du pont voûté, qui se dresse déjà joliment là-haut dans le virage vers Blotzheim a donné une toute autre allure au paysage. En ce qui concerne les chemins de terre qui se trouvent maintenant de l’autre côté du pont, certains ont été déplacés et d’autres débouchent sur une nouvelle sortie. Du reste, le transfert de ces chemins de l’administration de la gare à celle de la  commune a été l’objet de longues tractations qui ont, pour autant que je me souvienne, seulement trouvé une solution définitive après la guerre.